Faut-il mourir pour la recherche scientifique en open access ?