Turn your Experience into Knowledge and Share it
Lettre d'information mensuelle :


A lire, avant d’écrire !

A lire, avant d’écrire !

La lecture du dernier ouvrage de Michelle Bergadaà, Le plagiat académique, comprendre pour agir paru chez L’Harmattan devrait être obligatoire pour les étudiants devant produire un mémoire de master, pour les doctorants (PhD & DBA), pour les chercheurs dont le métier est de produire de la connaissance, mais aussi… pour les responsables de revues et d’institutions académiques.

Cet ouvrage est une synthèse de l’action et des travaux menés par l’auteur depuis 10 ans, notamment au travers de son site web et de sa newsletter mensuelle (25000 abonnés dans 15 pays).

Ce livre de 234 pages se caractérise à la fois par la densité des illustrations issues de cas réels et par sa dimension extrêmement pratique.

Si l’on raisonne en termes « d’impact » sur la communauté académique, Michelle Bergadaà fait partie des collègues qui ont eu, au cours de la décennie passée, un impact très significatif.

Le premier chapitre met en évidence au travers de l’analyse de cas concrets et réels, la gravité du plagiat et les dix conséquences du « comportement plagiaire ». Ces dix conséquences sont toutes importantes, citons notamment que le plagiat inhibe les chercheurs compétents et qu’il coute cher aux institutions. Ce chapitre se termine d’ailleurs par un guide en sept étapes pour conduire une expertise de plagiat.

Le deuxième chapitre s’arrête sur l’évolution du comportement plagiaire et note que ce comportement est susceptible de débuter dès le mémoire de master et s’inscrit dans le fonctionnement des institutions académiques. L’étudiant en master doit comprendre que son comportement lui fait courir aujourd’hui d’énormes risques immédiats ou différés. Le chapitre se termine par le rappel des fondamentaux proposant des repères moraux et déontologiques.

Le chapitre trois étudie quatre profils des plagieurs, la conduite à tenir avec chacun d’eux, et souligne le besoin de normes. Il se termine avec le rappel (p. 144) de directives antiplagiat.

Le dernier chapitre « Quand parler c’est agir » est consacré au rôle de la parole au service de l’action. Se taire, c’est devenir complice ! Parler c’est prendre des risques, tant pour sa carrière, que dans les relations avec les collègues et l’institution. Ce chapitre analyse les leviers qui conduisent à parler et donc à agir.

L’annexe 1 précise le contexte juridique du plagiat et l’annexe 2 propose de former des veilleurs d’intégrité pour les institutions d’enseignement supérieur.

En résumé, on peut affirmer que ce livre est à lire, avant d’écrire !

Pr. Michel Kalika, Conseiller scientifique du Business Science Institute

S’inscrire pour l’Executive DBA
S’inscrire pour l’Executive DBA à distance
Les inscriptions sont désormais ouvertes pour le DBA à distance.