Turn your Experience into Knowledge and Share it
Lettre d'information mensuelle :


Dramane SIDIBE

Certifié en Audit interne et en Risque avec une trentaine année d’expérience dans les secteurs alimentaire, bancaire et de la sécurité financière, est chargé de mission dans la 2ème banque du Mali et consultant international en Audit interne, gouvernance, risque et contrôle interne.

Sous la direction du Professeur Eric LAMARQUE, il a soutenu son Executive Doctorate in Business Administration (EDBA) en septembre 2017 sur le thème « Le rôle de la gouvernance dans le système de management des risques, cas d’un échantillon des banques maliennes ».

 

Résumé de Thèse

 Le rôle de la gouvernance dans le système de management des risques : Cas d’un échantillon des Banques maliennes.

Cette recherche s’interroge sur la contribution et l’influence du Conseil d’administration sur le système de management des risques. Elle vise à examiner l’influence des structures et les caractéristiques des membres du Conseil d’administration sur l’exposition aux risques des banques du Mali. Elle analyse aussi les conditions et le climat des processus de prise de décision dudit Conseil.

L’étude, axée sur une approche multi-méthodes (analyses quantitatives et qualitatives), a été réalisée sur un échantillon de dix (10) banques de 2008 à 2015. Elle s’appuie sur la théorie de l’agence ainsi que d’autres théories (cognitive, comportementale, dépendance des ressources, etc.).

Les résultats obtenus sont proches de ceux de Bailey (2012), de Forbes et Milliken (1999).

Il en ressort ainsi que la collaboration et les compétences en comptabilité, gouvernance et risques influencent négativement l’évaluation globale de la gouvernance. Par contre, les rôles de contrôle du Conseil, les normes d’efforts et les compétences des administrateurs en finance et en audit ont une influence positive sur l’évaluation globale de la gouvernance.

L’étude a également établi que l’exposition aux risques de la banque reste faible lorsque son Conseil d’administration, exerçant son rôle de surveillance, comprend en son sein des administrateurs compétents en finance. En revanche, l’exposition aux risques augmente lorsque le Conseil possède une expertise en stratégie.

La compétence des administrateurs notamment en risques et le rôle de contrôle du Conseil agissent négativement sur le ROE. Par contre, leur compétence en stratégie et celle du Comité d’audit jouent positivement sur le ROE. La compétence en marketing et le conflit cognitif influencent négativement la rentabilité des actifs contrairement à la compétence en audit.

Enfin, notre recherche ouvre de nouvelles pistes pour la réalisation d’études sur des banques à structures de propriétés différentes.