Turn your Experience into Knowledge and Share it
Lettre d'information mensuelle :


Docteurs du Business Science Institute/Kouamé François N’DRI

Kouamé François N’DRI

Titulaire d’un MBA en Gestion des Ressources Humaines, il a exercé pendant plus de 10 ans en entreprise avant d’embrasser, depuis 2015, une carrière de consultant. Actuellement, Directeur Associé au cabinet Timshel et Responsable Pôle Rémunération et Ingénierie sociale au cabinet Objectif RH, il est expert, notamment Audit Social, en Gestion prévisionnelle des Emplois et des Compétences et Rémunération.

Il a soutenu sa thèse de Doctorate in Business Administration (DBA) en septembre 2019, sous la direction du Pr. Françoise Chevalier, membre du Business Science Institute.

Ses travaux ont porté sur les difficultés d’insertion professionnelle des jeunes diplômés en Côte d’Ivoire.

Thèse dirigée par : Françoise Chevalier

Résumé

Les difficultés d’insertion professionnelle des jeunes en Côte d’Ivoire : enquête de terrain auprès des parties prenantes.

Ce travail de recherche est axé sur l’insertion professionnelle des jeunes diplômés en Côte d’Ivoire. Il vise à identifier les causes et les solutions à leurs difficultés d’insertion professionnelle.
Nous avons investigué cette question à travers une approche par les parties prenantes présentes sur le marché du travail ivoirien. Nous nous sommes donc appuyés sur la théorie des parties prenantes de Freeman (1984) ainsi que d’autres perspectives théoriques.
Les différents acteurs du marché du travail ivoirien ont été regroupés en quatre groupes distincts : les demandeurs d’emploi, les offreurs d’emploi, les établissements de formation et les institutions de promotion de l’emploi. Ils seront catégorisés selon la typologie de Mitchell. Notre étude prend en compte une enquête de terrain auprès des différents groupes de parties prenantes. Cela nous a permis d’identifier des facteurs favorisant l’employabilité des jeunes. Il s’agit, notamment de l’âge, la filière de formation, les méthodes de recherche d’emploi et la possession de compétences spécifiques. Nous avons aussi ressorti les causes et les solutions aux difficultés d’insertion professionnelle des jeunes diplômés. Les principales causes évoquées sont l’insuffisance des compétences des demandeurs d’emploi, l’insuffisance des offres d’emploi, l’opacité du marché de l’emploi et la non maitrise des techniques de recherche d’emploi. Au titre des solutions, les parties prenantes interrogées s’accordent sur le suivi par les demandeurs d’emploi de formations complémentaires, l’entrepreneuriat et une plus forte implication de l’État pour dynamiser l’insertion professionnelle des jeunes diplômés.
Enfin, à l’issue de nos travaux, en prenant en compte à la fois notre revue de littérature et les propositions des parties prenantes, nous avons fait des recommandations pour deux types d’actions : au niveau institutionnel et au niveau individuel des demandeurs d’emploi. Il s’agit d’implications managériales pouvant contribuer aux efforts des autorités pour endiguer le chômage des jeunes mais aussi servir d’orientations pour les jeunes diplômés dans leur quête d’emploi.

Mots-clés : Parties prenantes, emploi, chômage, insertion professionnelle, jeunesse, entrepreneuriat, adéquation formation emploi.