Dr. LETTIG Stefan

DBA Genève n°5 (2018-2021)

Stefan Lettig est co-fondateur et directeur général de Swiss Medical Diagnostics AG (start-up MedTech) en Suisse. En même temps, il est responsable de la gestion des technologies et des applications de CBRE GWS en Suisse. Il est un expert reconnu sur la scène de l’innovation et de la numérisation, un précurseur de l’innovation et de la numérisation. En tant qu’entrepreneur et cadre supérieur ayant plus de 15 ans d’expérience dans la conception de modèles commerciaux et dans des rôles de direction de la transformation numérique, il a aidé des entreprises à réajuster leurs opérations en fonction de l’économie de l’ère numérique. Il a mené avec succès des initiatives de conception d’entreprise pour des banques opérant au niveau mondial, des acteurs pharmaceutiques clés et des startup TechFirms.

En septembre 2020, il a obtenu son Executive Doctorate in Business Administration (EDBA) sur le thème “Acquisition d’informations et conversion des connaissances” : Vers un processus d’innovation routinier” sous la direction du professeur Caroline Mothe, professeur d’université à l’IAE Savoie Mont-Blanc et membre de l’IREGE, Université Savoie Mont Blanc.

Direction de thèse

Pr. MOTHE Caroline

Intitulé

Acquisition d’informations et conversion des connaissances : vers un processus d’innovation routinier.

Résumé

L’innovation implique une série de complexités tant pour les entreprises que pour les clients. Les entreprises peuvent être incertaines quant à la meilleure façon de développer et de commercialiser les innovations, tandis que les clients peuvent être incertains s’ils veulent accepter des produits et services innovants, car cela peut signifier un changement de leurs habitudes de consommation. La littérature indique que les interactions avec les clients et les employés soutiennent l’innovation ; cependant, le mécanisme qui la rend possible n’est toujours pas expliqué. Cette recherche examine le processus d’acquisition d’informations de l’implication des clients et des employés, afin de mieux expliquer comment il influence le développement de l’innovation.

Les données primaires sont collectées par le biais d’entretiens approfondis avec des responsables de l’innovation dans trois études de cas (deux rétrospectives et une innovation en cours) et neuf entretiens d’information avec des experts. Le codage inductif est la manière dont ces informations sont examinées, afin de déterminer les schémas répétitifs et les concepts théoriques. Le codage détaillé des données des entretiens révèle un ensemble de sept activités récurrentes dans le processus d’acquisition d’informations qui représentent différents types d’implication des clients et des employés. Ces activités sont les suivantes : Brainstorming, structuration du problème, collecte de données, réflexion sur l’information, échange de connaissances, filtrage des connaissances et retour d’information. L’évaluation comparative externe est considérée comme une activité complémentaire. Les activités sont ensuite utilisées comme intrants pour la modélisation des diagrammes de boucle de rétroaction. De cette façon, un modèle théorique émergent basé sur les boucles de rétroaction est construit. La structure du modèle a été testée lors de 5 entretiens finaux : 2 professeurs de terrain et 3 praticiens de l’innovation.

L’innovation n’est pas considérée comme une chose qui peut être réalisée en un nombre fixe d’étapes. Les générations précédentes de modèles d’innovation ont tenté d’illustrer ce point et ont été appelées à présenter une réalité fortement simplifiée. La présente étude utilise plutôt des boucles de rétroaction pour illustrer la relation entre les activités. La probabilité d’obtenir une innovation n’est pas spécifiée, car elle dépend de l’environnement spécifique de l’entreprise, et des principes plus généraux sont présentés à la place. L’apport de cette étude est qu’elle spécifie les activités d’implication des clients et des employés nécessaires pour obtenir des informations et les convertir en connaissances.

La distinction entre information et connaissance est également présentée et utilisée tout au long de l’étude, car l’information ne devient connaissance qu’après avoir été triée et transformée sous une forme utilisable par l’entreprise. Les connaissances tacites des employés sont une ressource précieuse pour l’entreprise et si elles sont converties en connaissances explicites, elles peuvent contribuer à améliorer les politiques et les procédures de l’entreprise. Les clients peuvent également avoir des connaissances tacites, car ils recherchent un produit ou un service très spécifique et cela peut contribuer à accroître la réserve de connaissances de l’entreprise.

Cette étude apporte de nouvelles connaissances sur le processus d’acquisition d’informations sur l’implication des clients et des employés, ainsi que sur la théorie des processus d’innovation.
Elle comporte également des considérations pratiques que les entreprises doivent prendre en compte lorsqu’elles font de l’innovation un aspect central de leurs objectifs commerciaux.