Dr. MOTTET Vincent

DBA Dakar n°4 (2017-2020)

Vincent MOTTET, Délégué aux affaires stratégiques à l’Etat de Genève chargé de la mise en oeuvre de la politique numérique du Conseil d’Etat genevois, a rejoint le Business Science Institute en 2013.

Il a préparé son Executive Doctorate in Business Administration (EDBA), sur le thème de « Tétranormalisation et management stratégique du territoire : le cas du Grand Genève » sous la direction du professeur Marc Bonnet, Professeur de Sciences de Gestion à l’IAE de Lyon, Université Jean Moulin Lyon 3.

Pour Vincent Mottet, il s’agit d’« Un programme d’excellence de très haut niveau, permettant de concilier recherche doctorale et responsabilités professionnelles, encadré par d’éminents Professeurs de renommée internationale en Sciences de Gestion. Une aventure, un défi d’envergure, un extraordinaire accélérateur de connaissances aux multiples implications managériales mesurables quotidiennement et un atout pour l’entreprise. En un mot, une réussite ! ».

Direction de thèse

Pr. BONNET Marc

Intitulé

Tétranormalisation et Management stratégique du territoire : le cas du Grand Genève

Résumé

Cette recherche s’intéresse à la mise en oeuvre d’un management stratégique
environnemental dans l’agglomération franco-valdo-genevoise, dite du Grand Genève, confrontée aux difficultés d’apprentissage organisationnel et aux routines défensives au sens de Chris Argyris (1970), compte tenu des divergences normatives observées dans cet espace transfrontalier.

Elle a pour ambition de lancer la réflexion auprès des décideurs et des praticiens et surtout d’apporter une solution concrète et pragmatique – orientée sur l’action – aux problèmes engendrés par la tétranormalisation au moyen du management socio-économique et plus particulièrement de l’approche qualimétrique. Il s’agit donc clairement d’une recherche-intervention, d’une expérimentation ayant pour vocation de démontrer l’intérêt et la vraisemblance de la démarche, ancrée dans la réalité de l’organisation.

Elle a ceci d’original et de spécifique qu’elle porte sur la question de la gouvernance et du management public d’une organisation, au travers d’une recherche-intervention ciblée, à l’appui d’une étude de cas. Nous avons délibérément adopté une posture de type exploratoire, car la construction de cette agglomération est un processus relativement récent.

C’est le constat d’un contexte inédit et peu documenté qui appelle des solutions innovantes dans une vision globale et intégrée. Nous mettons de ce fait en exergue l’intention scientifique de ce parcours initiatique, soit la volonté d’aller vers davantage de scientificité, considérant le champ de connaissances qu’ouvre notre thèse.
La frontière entre secteur public et secteur privé tend à se rétrécir, le premier empruntant au second les méthodes et outils de gestion, sans disposer pour autant des mêmes prérogatives, tandis que les attentes du second s’accroissent vis-à-vis du premier. Il en résulte une forme d’atermoiement perpétuel, d’insatisfaction qui justifie à elle seule de s’y intéresser.

La prise en compte des questions environnementales est désormais ancrée dans chacune des réflexions des organisations car elles sont un thème actuel et quasi universel. La prise de conscience de la rareté des ressources naturelles, des besoins énergétiques, des changements climatiques ou du développement durable sont au coeur des préoccupations et structurent la stratégie des entreprises, qu’il s’agisse, par exemple, de responsabilité sociale des entreprises16(RSE) ou de politique d’investissements. Les changements législatifs à venir constituent aussiune menace potentielle pour les entreprises qui n’auraient pas adapté leur stratégie à temps.

Or, à notre connaissance, il n’existe pas de réponse unique au traitement des problèmes environnementaux. Plutôt que d’attendre qu’une solution inespérée ne se dessine de manière spontanée, nous avons pris le parti de nous attaquer à cette question sur un plan régional, au terrain accessible et qui nous est familier en raison de notre position dans l’organisation, en ayant pour ambition d’apporter une solution concrète qui réponde à un problème réel auquel sont confrontés les acteurs du Grand Genève.

L’intention stratégique de ce projet réside dans la volonté affirmée d’apporter une réponse au problème soulevé, au moyen de l’application de la méthode socio-économique, en démontrant l’intérêt de poursuivre sur cette voie prometteuse.

Les résultats que nous avons obtenus au travers de 10 cas réels, traités par analyse qualimétrique, révèlent le potentiel de développement endogène de l’agglomération.